Il était une fois… Paulette à Bicyclette

Raconter l’histoire de Paulette à Bicyclette, c’est commencer par un voyage dans le passé, il y a presque vingt ans. Hélène, la fondatrice de la Maison, vit alors en Jordanie où elle enseigne le français et le théâtre. Ce qui est devenu une jolie maison de joaillerie n’était alors qu’un loisir, qu’Hélène pratiquait en compagnie d’une amie créatrice. Avec de l’argent, des perles de rivière et des pierres fines, elle fabrique ses premiers bijoux à la main.

La genèse de la marque

De retour en France en 2005, Hélène partage ce loisir de création sur un blog, où elle expose les bijoux qu’elle fabrique. Animée par l’envie d’en apprendre plus sur le travail du métal, elle prend des cours du soir en bijouterie, alors que son blog commence à toucher une audience un peu plus large. Sa plume séduit ses lecteurs, et une formation au référencement lui permet d’amorcer la professionnalisation de son blog – à une époque où le numérique est bien loin d’être ce que l’on connaît aujourd’hui.

Surnommée Paulette par ses amis, Hélène ne se déplace qu’à vélo dans son quartier parisien de Ménilmontant. À la fin d’un dîner entre amis, c’est ainsi que naît le nom de la marque, dès la fin de l’année 2006 : Paulette à Bicyclette propose des accessoires pour mariage faits à la main… sur un petit air d’Yves Montand !

En 2008, une deuxième personne rejoint l’aventure Paulette. Les rendez-vous ont lieu chez Hélène, dans le 20e arrondissement de Paris. C’est un début timide, mais prometteur, puisque les rendez-vous se multiplient.

Ouverture de la première boutique

L’année 2010 est un moment charnière pour Paulette à Bicyclette. Finis, les rendez-vous au domicile d’Hélène : la première boutique de la marque est ouverte ! Elle se niche au cœur du 20e arrondissement, accolée à l’atelier. Dès cette première ouverture, Paulette à Bicyclette est une Maison de proximité : proximité avec les clients, mais aussi proximité entre la création, la fabrication et la vente, afin que boutique et atelier, artisan et client, ne cessent de s’entrecroiser et de se côtoyer. 

C’est dans cet écrin parisien que Paulette à Bicyclette propose sa première collection de bagues de fiançailles et d’alliances, en argent ou en or recyclé, portée par une réticence viscérale face aux conditions d’extraction de l’or. En 2011, Nissim et Sarah passent la porte de la boutique avec le désir de trouver les alliances qui marqueront leur union à venir. Paulette crée pour eux des anneaux martelés, nommés en l’honneur de ce couple. Ainsi sont nées les textures Nisma et Sarita, aujourd’hui incontournables de la Maison.

Hélène entourée des mineurs de la mine d'Iquira en Colombie

Hélène entourée des mineurs de la mine d’Iquira en Colombie

Le chemin vers une joaillerie éthique

Mais où, comment trouver de l’or éthique ? C’est la grande question qui a habité les débuts de Paulette à Bicyclette.

Fairmined : ce mot est la réponse à cette question et le symbole de la réelle naissance de Paulette. C’est la découverte de ce label en 2011, après de multiples recherches, qui donne à notre Maison sa raison d’être. Cet or certifié rend possible la création de bijoux aux matériaux parfaitement traçables, sans aucune concession sur les conditions de travail des mineurs ni sur l’impact environnemental. Ces bijoux, si précieux talismans des beaux moments de vie, deviennent en plus des instruments de progrès social pour les régions minières. Première marque de joaillerie à obtenir la certification Fairmined en 2014 pour son or tracé, Paulette à Bicyclette se lance sur la voie de la joaillerie éthique.

Le label Fairmined est encore très confidentiel au début des années 2010. Patrick Schein est le seul fournisseur français d’or Fairmined, et il n’existe qu’une mine certifiée, en Colombie. Mais c’est ce que Paulette attendait pour se lancer dans les métaux précieux. Consciente que le système entier ne peut être bouleversé du jour au lendemain, Paulette à Bicyclette fait le choix d’être fidèle à ses valeurs en s’engageant, même si cela signifie des coûts supplémentaires et un impact modeste.

Hélène contacte Patrick Schein pour passer commande de 10 grammes d’or, afin de réaliser les deux premières alliances en or Fairmined de l’histoire de la marque. Cette commande, dérisoire par rapport aux volumes habituellement commandés par les maisons de joaillerie, est pourtant honorée : “j’accepte de vous vendre 10 grammes aujourd’hui en espérant qu’un jour vous m’en achèterez des kilos”, affirme Patrick Schein, qui est encore aujourd’hui l’un des fournisseurs de Paulette.

Rendre ce monde un peu meilleur

Paulette à Bicyclette est née du désir d’accompagner des personnes dans les moments forts de leur vie, de leur proposer des bijoux emblématiques qui les accompagneront durablement. Et surtout, de la volonté que rien n’entache l’histoire de ces bijoux. Difficile alors de se tourner vers l’or, dont on sait à quel point il est destructeur pour les sociétés et l’environnement…

La marque a pu se développer grâce à la confiance accordée dans ses valeurs par le seul fournisseur Fairmined de l’époque, et grâce à la croyance profonde qu’un engagement, même de petite échelle, produira toujours une différence. Comme le petit colibri d’une légende amérindienne qui, lors d’un incendie, est le seul à s’activer pour verser quelques gouttes d’eau sur les flammes, estimant que même si son geste est de petite ampleur, au moins, il fait sa part.

Cette aventure est aussi une affaire d’entraide, dans laquelle plusieurs marques utilisant de l’or Fairmined se sont associées afin de partager les coûts de la traçabilité. Ce parcours humain, qui place la solidarité au-dessus de la concurrence, est le fondement d’un système alternatif, vers une joaillerie éthique, respectueuse de tous les maillons de la chaîne de production, des mineurs jusqu’aux Maisons.

Le savoir-faire au cœur de la création

Un bijou ne serait rien sans les hommes et les femmes qui, de l’extraction de l’or à la dernière touche de poli, mettent tout leur savoir-faire au service de la création. Une fois l’or extrait, tout se passe en France. Tous les bijoux sont Made in Paris, de la fonte à la réalisation du bijou final. Vous pouvez découvrir les coulisses de l’atelier ici ou les étapes de fabrication ici. C’est l’une des plus grandes fiertés de la Maison : promouvoir le savoir-faire joaillier français, et pouvoir vous garantir la transparence la plus totale sur l’origine de vos bijoux.

Nouveau logo 2021

Nouveau logo 2021

Paulette grandit

L’aventure Paulette a connu de multiples rebondissements, et se poursuit aujourd’hui autour de convictions toujours renouvelées, confortées par le voyage d’Hélène en Colombie. Ce voyage était la concrétisation d’un rêve : après avoir rencontré des mineurs en France notamment, le grand départ vers les mines était crucial afin de constater la réalité du progrès social apporté par le label.

À ce jour, nous sommes une entreprise de vingt personnes, entre Paris et Lyon. Nous sommes fiers aujourd’hui du chemin parcouru par notre Maison, qui a su se faire une place particulière au sein du secteur de la joaillerie. 

Plus encore, nous portons dans notre ADN depuis notre fondation la volonté ferme de nous engager pour le changement du système, pour la mise en valeur des hommes et des femmes sans qui nos bijoux ne pourraient pas exister. Nous sommes fiers de nos valeurs et fiers d’avoir contribué à développer la présence de l’or Fairmined sur le marché de la joaillerie. Voir d’autres marques se lancer dans l’or éthique nous remplit de l’espoir d’une joaillerie responsable et durable.